dsc_5452 [1024x768]
6 avril 2015 : Le retour de Maurice Genevoix aux Eparges

6 AVRIL 2015 : l'inauguration du buste du lieutenant Maurice Genevoix aux Eparges

  

C’est vers 18h, sous un magnifique soleil printanier, qu’a débuté la cérémonie d’inauguration du buste du lieutenant Maurice Genevoix au cœur du village des Eparges. La foule était nombreuse.

Le maire des Eparges, Xavier Pierson, prononça le mot d’accueil en remerciant les autorités présentes :

- M. le Jean-Marc Todeschini, Secrétaire d’Etat chargé des anciens combattants et de la mémoire auprès du Ministre de la défense,

- M. Mougard, Préfet de la Meuse,

- M. Xavier Luquet, sous-préfet de la Meuse,

- M. Jean-Louis Dumont, Député de la Meuse,

- M. Dominique Potier, Député de Meurthe et Moselle,

- M. Jean-François Thomas, Conseiller Régional représentant le Président du Conseil Régional de Lorraine,

- M. Misler, Premier Vice-président du Conseil Départemental,

- M. Samuel Hazard, Maire de Verdun et Conseiller Départemental,

- M. Laurent Joyeux, Président de la CODECOM de Fresnes en Woëvre,

- M. Serge Barcellini, Conseiller du Ministre,

- M. le Général Irastorza, Président de la Mission du Centenaire de la Grande Guerre,

- M. Joseph Zimet, Directeur de la Mission du Centenaire de la Grande Guerre

- M. Rémi Herment, Sénateur honoraire,

- M. Francis Lefort, Président départemental du CNSV (Comité National du Souvenir de Verdun)

- M. le Général Etienne, Président départemental du Souvenir Français,

- M. le Colonel Mienville, Délégué Militaire Départemental de la Meuse,

- M. le Colonel Afchain, Commandant le Groupement de Gendarmerie de la Meuse,

- M. le Colonel (er) Wirtz, Président d’honneur de l’Amicale des Anciens du 106ème R.I,

- M. Dibari, président de l’Amicale des Anciens du 106ème RI,

- le sculpteur VIRGIL

 

Avec la participation du 132ème Bataillon cynophile de l’Armée de Terre sous le commandement du lieutenant-colonel Calcagno,

Des élèves du lycée Maurice Genevoix de Decize dans la Nièvre,

Des élèves de l’Ecole des Francs-Bourgeois de Paris,

Et de Madame Nathalie Nicaud, soprane

http://france3-regions.francetvinfo.fr/lorraine/2015/04/07/les-eparges-un-buste-en-memoire-de-maurice-genevoix-699527.html

!

Patricia Pierson, Présidente de L’Esparge, prit ensuite la parole :

 

Mesdames,

Messieurs,

Je vous remercie d’être venus si nombreux aujourd’hui, en ce lundi de Pâques 2015, pour l’inauguration du buste du lieutenant Maurice Genevoix.

C’est l’ultime étape d’un projet que nous avons intitulé « le retour de Maurice Genevoix aux Eparges ».

Quand je dis NOUS, c’est L’Esparge, c’est vous chers amis, qui œuvrez à mes côtés depuis la création de notre association en 2008, pour que « l’histoire et la mémoire des Eparges ne soient pas oubliées. »

 

Au cœur de cette histoire, il y a quatre années d’une guerre effroyable qui, voici un siècle, transforma nos champs, nos bois et notre village en un immense champ de bataille. Des milliers d’hommes sont venus combattre et mourir aux Eparges. De leur souffrance et de leur peine nous n’aurions plus de trace aujourd’hui si l’un d’entre eux n’avait immortalisé par ses écrits les sept mois de guerre qu’il vécut à leurs côtés avant d’être grièvement blessé non loin d’ici. L’émouvant témoignage de Maurice Genevoix, regroupé sous le titre « Ceux de 14 », nous a tous bouleversés.

En découvrant le parcours de sa vie, nous avons admiré son infatigable combat contre l’oubli et mesuré le poids du souvenir de ceux qui ne sont pas revenus. Dans un texte paru dans le Bulletin trimestriel des Revenants du 106ème R.I. en 1947, juste un an après son entrée à l’Académie française, voici ce qu’il écrit :

« Une épée vous le savez on la porte deux fois. Une fois lors de la réception et une seconde fois sur le corbillard. Peut-être ce jour-là la sentirai-je à mon côté au moment de retrouver ceux des Eparges, morts à 20 ou 25 ans, (pensez à l’énorme rabiot dont nous avons tous joui) et qui me diront : « C’est toi mon vieux Genevoix. Entre quand même, on te reconnaît. »

 

Le Centenaire de la Grande Guerre est l’occasion, pour nos générations, de rendre hommage à des hommes tels que lui. Dans cette perspective, L’Esparge a envisagé de faire ériger un buste de l’auteur de Ceux de 14 aux Eparges.

Cette entreprise audacieuse débute en 2010 avec l’aide déterminante de l’association « Je me souviens de Ceux de 14 », présidée successivement par Sylvie Genevoix puis Bernard Maris. Ils ne sont plus parmi nous aujourd’hui mais leur souvenir nous accompagne. C’est vous, Julien, qui avez repris le flambeau et qui avez été à nos côtés jusqu’à aujourd’hui.

Puis ce fut la rencontre avec le sculpteur Virgil, au cours d’une exposition artistique à Verdun, en 2011. Artiste officiel des Armées depuis 2007, Virgil a du talent. Ses œuvres ont été maintes fois primées en France et à l’étranger. Il est très vite séduit par le projet de l’Esparge. Il se plonge dans la lecture de « Ceux de 14 » dont il s’imprègne et conçoit la sculpture dont le modèle sera présenté au Grand Palais  le 4 décembre 2013.

Pour poursuivre cette belle entreprise, il fallait obtenir des soutiens financiers. Nous les avons trouvés auprès de l’Etat, du Conseil Général de la Meuse, de la CODECOM de Fresnes-en-Woëvre, de la commune des Eparges, des Fonds européens, de la France Mutualiste, du Souvenir Français, du Comité National du Souvenir de Verdun et de dons associatifs et privés. Que tous ces partenaires soient infiniment remerciés.

 

Ce projet a obtenu le label de la Mission du Centenaire de la Grande Guerre.

Aujourd’hui, 6 avril 2015, le lieutenant Maurice Genevoix rejoint enfin ses camarades tombés aux Eparges. Figé dans sa tenue de lieutenant, tel qu’il fut il y a cent ans, il tient dans une main un crayon, dans l’autre son précieux carnet de campagne. Au pied du socle en granit qui supporte la sculpture, cette phrase extraite de son dernier livre « Trente

mille jours » (publié en 1980) : « Ce que nous avons fait, c’est plus qu’on ne pouvait demander à des hommes, et nous l’avons fait.» Offerte aux regards des passants, cette œuvre d’art implantée au cœur du village des Eparges est un repère historique et mémoriel dont l’impérieux message est de ne pas oublier le prix d’un monde en paix.